Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 janvier 2009 7 04 /01 /janvier /2009 15:37
  MARDI 16/12/08
 


Le mardi 16 décembre, dans le département du Rhône, 28 lycées ont été bloqués par les élèves (dont Lamartinière Terreaux, St Just, Branly, Lacassagne, E. Herriot…) en réponse aux déclarations de Darcos. Le ministre a en effet « repoussé » la réforme des lycées à 2010. Non pas pour discuter, mais pour « informer » sur ce projet que les lycéens  « n’auraient pas compris ».
 
Ces blocages ont été maintenus jusqu’à un rassemblement place Jean Macé. Un millier d’élèves sont ensuite partis en manifestation non-déclarée se dirigeant vers le rectorat. Après une brève halte, ils se sont rendus à Bellecour en passant par la rue Victor Hugo. Après quoi, les lycéens se sont séparés pour reprendre leur blocus.
Une autre manifestation, partie du lycée St Exupéry, a débrayé d’autres établissements. Une forte présence policière, tout au long du trajet, est finalement intervenue une fois les manifestants arrivés place Bellecour. Les lycéens, qui bloquaient la route à l’entrée de la rue Victor Hugo, se sont faits charger à coups de boucliers. Suite à quoi, un lycéen s’est blessé à la tête en chutant. Les manifestants ont tenu tête aux CRS jusqu’à ce qu’une lycéenne se fasse arrêter pour avoir jeté un œuf sur un policier. Certains lycéens, qui s’étaient rapprochés pour lui venir en aide, se sont pris des coups de matraques et de tonfas. S’ensuit 2 autres arrestations violentes et injustifiées..
Les policiers ont essayé d’empêcher un photographe de l’AFP d’exercer son métier en l’interpellant et en l’obligeant à effacer des photos de la « chasse aux lycéens ».


 

TEMOIGNAGES:


-AMPERE SAXE 
" Lycée bien bloqué dès le matin, mais quelques problèmes avec là encore une bande de casseurs qui avaient pour but de briser les actions.. Une grande partie du lycée s'est retrouvée à la manifestation sauvage mardi et l'ensemble du lycée, presque, à celle de jeudi "


-MARTINIERE TERREAUX

"  une AG a eu lieu lundi 15 devant le lycée (une 30ene de personnes y ont assisté et le blocage a été voté! Beaucoup de motivés dès 7h du matin MARDI 16, le blocage c'est très très bien passé, aucun soucis, ni flic ni casseurs.

Y'avait une super ambiance, musique p'ti dej et tous le monde en garde un super souvenir je pense.

Le blocage aux Augustin (batiment des Terreaux ) a duré jusqu' à jeudi matin.

Les professeurs et l'administration n'avaient pas l'air contre et certains même venaient dialoguer avec les bloqueurs. On avait prévenu FRANCE 3 et ils sont venu faire un reportage et une interview a 8h . "



DIDEROT
 
" Le blocage mardi 16 n'avait pas été décidé et s'est formé sur place à l'arrivée des élèves vers les 9h du matin, donc une partie ont pu rentrer à 8h.. mais à la récré un grand nombre de lycéens ont soutenu le blocage qui s'est poursuivit toute la journée et jusqu'à jeudi.

Il y a eu quelques incidents car des casseurs de plusieurs lycées aux alentours ont lancé des lacrymos et ont cassé des voitures. »)




HERRIOT
 
" Le blocus d' Herriot se passe très bien dans l'ensemble ( moins de 5 personnes arrivent à passer à travers ), mais une petite vingtaine passe par la porte de service, mais bon sur 1200 élèves c'est très bien. ( D' ailleur la quasi totalité des prépas ( littéraires ) étaient avec nous, donc on les a bloqué aussi, et c'était les plus
motivés (on a eu 2 oeufs sur le gueule, en tout, pour seule rebellion).

Toute la journée se passe bien, vers 3h30 une manif lycéenne arrive devant herriot
(environ une centaine je pense peut etre plus) , il n'y avait plus qu'une vingtaine de bloqueurs et personne devant le lycée. Au début les gens vont vers eux pour les soutenirs et commencent à lancer des slogans, puis des bouteilles d'un litre d'eau pleine et bouchées sont lancées sur les bloqueurs assez violemment, puis 1 ou 2 oeufs.

Des gars comencent à jeter les poubelles qui entouraient les bloqueurs , puis à prendre une benne pour leur
jeter dessus .

Tous les bloqueurs courent à l'intérieur et la
proviseur ferme la porte en se barricadant, des projectiles volent un peu ( une vitre un peu brisée ) .
Pendant tout ce temps la police était là mais n'a rien fait, a la fin ils sont arrivés avec 2 fourgonettes vides mais n'ont embarqué personne. Il y avait ( si mes souvenirs ne me trompent pas ) 2 ou 3 personnes qui étaient avec des cagoules noirs améliorées ( je sais pas comment
les décrire ) qui étaient assez grands ( donc peut etre pas lycéens ,mais c'est impossible à savoir parce qu' on ne voyait rien d'autre que leurs yeux ), et ce sont eux qui ont lancé les premières bouteilles. Après c'est plus des p'tits merdeux qui ont suivis avec des oeufs, et ensuite 2 ou 3 kékés qui ont voulu faire les malins avec les poubelles .
C' était a la base probablement des gens qui essaient de briser le mouvement lycéen de l'interieur en faisant peur aux élèves et en décourageant les bloqueurs, ( ils s'infiltrent dans le mouvement , chauffent un peu les lycéens, commencent le lynchage des bloqueurs, et après avec l'adrénaline et les mouvements de foule y a des crétins qui font juste suivre).

Et la preuve ça a l'air de marcher parce que le lycée a fermé et le blocus a été terminé, mais le pire je pense c'est que ça nous discredite, les lycéens passent pour de violents terroristes alors que ce ne sont qu'un p'tite minorité de meneurs qui ont des intentions bien précises d'en finir avec les mouvements lycéens.. »

CHABRIERE

" Nous, on a eu de la chance : pas de casseurs, les fachos du lycée sont restés une demi-journée sans faire de casse. A un moment, y a eu une bouteille de bière et des oeufs jetés sur l'administration qui veillait derrière le portail, mais c'est une progression puisque les bloqueurs n'étaient pas visés. On a aussi eu droit à pas mal de fumigènes. L'incroyable en fait, c'était le nombre de mobilisés.

On s'était donné rdv à 7h, quand on est arrivé tout était déjà bloqué : la moitié des élèves se sont rejoints à 6h30. Jusqu'à environ 11h, la mobilisation était incroyable et à part un ou deux profs, personne n'a tenté de forcer le blocus; deux trois élèves sont passés par-dessus le portail. Vers 11h30, les gens ont commencé à partir pour bouffer, mais avant on est restés très nombreux devant le lycée, c'était beau.

Pas d'emmerdes avec l'administration qui n'a même pas essayé de prendre contact avec nous ou de nous demander de débloquer. Les profs dans l'ensemble n'ont pas fait chier mais ne nous ont pas soutenus non plus.

Le blocus a été reconduit en AG jusqu'à jeudi matin, mais ça m'étonnerait qu'on tienne jusque là. La plupart veulent bloquer jusqu'à vendredi, fin faut pas rêver.
Vers 16h, on s'est chargé de débloquer en planquant le matériel dans la forêt du parc pour pas qu'ils nous le retirent.
Ah oui, et autour de 15h30 les gens de Descartes sont venus nous rejoindre, leur admnistration a appelé les CRS, y a eu des interpellés, beaucoup de matraqués mais ils veulent quand même bloquer demain (mercredi 17 decembre). "


La CSI
 
" Le lycée n'a été bloqué qu'à partir de jeudi jusqu'à vendredi midi.

Seulement une dizaine de personnes ont pu rentrer le jeudi matin mais le blocage a cédé pour la manifestation autour dès 11h.

Le vendredi matin, quelques problèmes car les lycéens tentaient de rentrer par l'entrée du collège , les surveillants ont aidés les bloqueurs. A part quelques incidents devant le parking des professeurs, pas de soucis et bon blocage. »)


******n'hésitez pas a ajoutez des commentaires et des témoignages*****



JEUDI 18 decembre

A Lyon, entre 10000 lycéens ont défilés dans les rues. Du jamais vu pour une mobilisation lycéenne (rappellons tout de même que la plus forte mobilisation en mai dernier avait rassemblé 2000 lycéens! Et là on n' est qu'en décembre)! 

EXTRAIT de rebellyon.info : compte rendu des évenements :

- Environ une 30ene de lycées bloqués et/ou débrayés dans la matinée
- Vers 8h00 sur lyon et la région;, "incidents" (jets de pierres, poubelles renversées et enflammées) entre la cité scolaire Sembat-Séguin et la station de métro Parilly. Déploiement d’un dispositif policier, pacification atteinte vers 9h30.
- À 9h00, blocage du métro à Mermoz-Pinel par des étudiant-e-s et lycéen-ne-s!
- Plusieurs miliers de lycéen.ne.s convergent vers les Terreaux en manifestations sauvages, depuis différents points de l’agglomération, renversant des poubelles, allumant des feux, craquant des fumigènes.
- 350 lycéen-ne-s et collégien-ne-s de Neuville et Fontaine-sur-Saône rejoignent Lyon en bus pour la manifestation.
- Manifestation nationale à 11h00 place des Terreaux à Lyon. Entre 5.500 et 10.000 manifestant.e.s. Des émeutes éclatent à Bellecour, au Rectorat, à Jean Macé et le long de l’Avenue Berthelot. On compte de nombreu-se-x blessé-e-s ,ainsi que 38 arrestations. 
  Plusieurs autres jeunes ont été interpellés pour des engins incendiaires lors des échauffourées près de Bellecour. 
AUTRES VILLES:
 Dans l’Ain, 1.300 manifestant-e-s (A Bourg, Bellegarde, Oyonnaix et Trévoux). Débordements à Bellegarde, deux voitures de gendarmes endommagées et une vitrine brisée.
- A Grenoble, 2.000 lycéen.ne.s ont manifesté de la gare au Rectorat. Casse et affrontements. Au moins 4 arrestations.
- A Valence, 500 lycéen-ne-s manifestent. Ils occupent une demi-heure les voies de chemin de fer de la gare de Valence-Ville (la SNCF porte plainte contre X). Un peu de casse, et de tensions à cause de fachos qui trainaient près des policiers.
- A Dijon, 3.000 manifestant-e-s. Court blocage de la gare. Une voiture retournée. Quelques projectils sur la police, des charges. Dix interpellations.
   A Clermont-Ferrand, 1.400 manifestant.e.s.
- A Saint-Etienne, 1.200 manifestant.e.s.
- A Roanne, 400 étudiant.e.s en IUT bloquent les voies de chemins de fer.
- A Lons (Jura), 500 lycéen.ne.s manifestent devant la Préfecture.
- En Haute-Loire, 200 lycéen.ne.s manifestent au Puy-en-Velay, et 40 au lycée agricole de Yssingeaux.

Partager cet article

Repost 0

commentaires