Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 janvier 2009 2 20 /01 /janvier /2009 00:51

Alors que s’est-il passé à Rodez ?

Un beau pied de nez à la répression et à
Monoprix qui pensait en avoir fini avec les autoréductions en portant plainte contre les précaires, à qui la direction des magasins a lâché des caddies pleins, volontairement et dans une démarche, somme toute très commerciale : en effet une manifestation un jour de veille de réveillon, en termes de chiffre d’affaires fait perdre bien plus de fric, qu’«offrir» un réveillon même pour cent personnes !

Monoprix a voulu montrer sa fermeté, les précaires montrent leur solidarité et leur inventivité !

En effet c’est sur FaceBook, ce haut lieu de la sociabilité capitaliste, donc très peu surveillé que le rendez vous a été lancé.

150 personnes sont venues : et après une déclaration contre la réforme du lycée, les lycéens et leurs compagnons ont emporté de la victuaille en pagaille.

Oh mais quel rapport avec la réforme des lycées, s’indignent les journalistes ?

Des lycéens pauvres, où ça ?

Aujourd’hui au moins vingt pour cent des lycéens sont obligés d’occuper un emploi, en plus de leur scolarité, dans des secteurs sous payés, et notamment la grande distribution. Et bien sûr ce chiffre n’inclut pas le «travail éducatif», stages gratuits en entreprises, apprentissage rémunéré largement en dessous du SMIC.

La «formation tout au long de la vie» à la sauce MEDEF signifie aussi la précarisation dès le lycée.

Et les salaires qui baissent, le chômage partiel, les restrictions de plus en plus grandes aux allocations pour les familles monoparentales, sont autant de droits sociaux et de revenus en moins pour les jeunes scolarisés.

Aussi pas étonnant que la lutte contre la précarité lycéenne prenne aussi les mêmes formes que celle des précaires étiquetés comme tels.

Aucune lutte aujourd’hui ne peut se faire sans solidarité active, sans l’action immédiate et directe pour survivre sans les maigres droits sociaux dont on nous a privés ces dernières années.

Les caisses de grève, les autoréductions se diffusent donc dans tout le mouvement et c’est une très bonne nouvelle, quoi qu’en disent les médias qui voudraient que chacun reste à sa place : seuls les cheminots devraient bloquer les trains, seuls les étudiants devraient occuper les universités, et seuls les «vrais chômeurs» seraient légitimes à faire des autoréductions, mais attention, uniquement en hiver, et seulement s’ils prennent des pâtes et de l’huile.

Autre bonne nouvelle, les modes d’action se diversifient : les rendez-vous classiques attirent des cars de CRS ? Les lycéens de Rodez ont innové avec des canaux de communication inusités jusque là.

À nous d’en inventer d’autres !


source : jura libertaire

Partager cet article

Repost 0
Published by CoordLyon - Coordination Lycéenne Lyonnaise - dans Info sur la France
commenter cet article

commentaires