Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 janvier 2009 4 22 /01 /janvier /2009 01:03



RESIGNE-E-S
LEVEZ LE POING !

 

Le gouvernement prétexte la crise pour justifier les régressions sociales notamment celles de l’Education. Paradoxalement la police s’est vu renflouer ses caisses d’ 1 milliard d’euros, la semaine dernière, pour avoir fait du « bon boulot » (Faut-il rappeler comment la police a agi les semaines précédentes ?). Le gouvernement a ainsi fait son choix, financer le tout sécuritaire et faire crever l'Education :

·      Une réforme des lycées qui, malgré les déclarations de Darcos, se fera avec le même objectif qu'au départ : un Bac unique sans diversité de savoirs, avec des matières aux contenus médiocres. En effet leur but est de désinvestir dans l'Education, d'où les suppressions de postes...

·      Les suppressions de postes dans l'enseignement ont été et seront nombreuses : 11 000 en 2007, 11 200 en 2008, 13 500 en 2009... pour arriver à un total de 80 000 suppressions d'ici 2012 entraînant des classes surchargées et ainsi laisser place à une Education qui met au placard l'approfondissement et l'aide individuelle.

·      Les matières jugées inutiles et non rentables (arts plastiques, cinéma, théâtre, musique, langues vivantes (arabe, russe, chinois, italien...), langues mortes (grec, latin)...) seront les premières touchées et finiront par disparaître.

·      Les RASED (Réseau d'Aide Spécialisée aux Enfants en Difficulté-e-s) qui fournissent une aide gratuite de qualité aux enfants de primaire en difficulté-e-s prennent de plein fouet ces suppressions de postes. Les élèves en difficulté le resteront.

·      La suppression de la carte scolaire (lycées de secteur) en 2008 a fait ses preuves : les lycées non-réputés sont abandonnés et leurs élèves reçoivent une moins bonne éducation causée par un manque de moyens. Cela a augmenté le gouffre déjà présent entre les établissements et les inégalités entre les lycéens...

·      La réforme du BEP/BACPRO qui, raccourcit ce cycle d'une année, précarise clairement les élèves. Les programmes restent inchangés et des heures de matières dites (encore une fois) inutiles dans ces filières sont supprimées.

·      La privatisation de l'enseignement secondaire ! En 2001, l'Organisation Mondiale du Commerce à créé l'AGCS (Acoord Général sur le Commerce des Services) qui vise à « ouvrir le marché des services publics à tous les fournisseurs qui le souhaitent ». C'est à dire laisser des investisseurs privés financer le service public et notamment l'Education nationale. On pourrait estimer que cet accord lointain fut déjà oublié par nos dirigeants, seulement Sarko a déclaré cette semaine qu'il prévoyait de laisser les entreprises financer certaines filières (technologiques et professionnelles) pour le moment. Ce projet signe l'arrêt de mort de l'Ecole gratuite, publique et laïque.

·      La LRU est une privatisation des universités. Imposée l'année dernière malgré un mouvement étudiant fort (apparemment pas assez), elle ouvre les portes des universités aux entreprises et offre plus de pouvoirs aux présidents de facs...

 

L’EDUCATION N’EST PAS A VENDRE !

 

Samedi 17 janvier, à Lyon, le cortège lycéen s’est séparé de la manifestation plan-plan, menée par les syndicats bureaucrates d’étudiants et de professeurs, entraînant quelques manifestant-e-s. Nous sommes arrivé-e-s sans encombre à la gare Perrache et avons bloqué une quarantaine de trains. Grâce à l’intervention de nos amis les CRS, environ cinquante lycéen-ne-s ont été immobilisé-e-s pendant près de 3 heures. Les flics ont fichés tout le monde et ont filmé individuellement chaque manifestant-e-s. Ce procédé propre aux sociétés totalitaires ne fait que jeter de l’huile sur le feu. Cette politique répressive est menée depuis trop longtemps :

·      La prolifération des caméras de surveillance, qui se multiplient même à la campagne sans autre effet que de coûter des milliers au contribuable, amocher le paysage et réduire les libertés individuelles.

·      La biométrie, technologie permettant d'identifier quelqu'un à partir d'une seule parcelle de son corps (main, œil...), est de plus en plus répandue dans les collèges et lycées : l'Etat veut nous conditionner très jeunes à son utilisation, afin de ne plus subir la moindre contestation.

·      Les puces RFID, nanotechnologie, sont de minuscules objets qui recueillent des données et peuvent s'incorporer dans la peau ; des expériences sont actuellement tentées sur l'homme afin de tester son "utilité" ! D'ici 2010, le gouvernement a pour but de les implanter dans nos cartes d'identité afin de pouvoir lire, à distance, les informations sur notre santé et notre état civil.

·      La veille de l'opinion qui consiste à surveiller Internet, le seul média sur lequel le gouvernement n'a pas ou peu d'emprise, dans le but avoué, entre autres, de repérer les « leaders d'opinion » et guetter les sites des organisations politiques (au besoin, les interdire).

·      Le prélèvement ADN qui ne devait être, à l'origine, effectué que sur les délinquants sexuels... aujourd'hui, il est imposé à toute personne gardée à vue.

·      Le fichier EDVIRSP, où chacun peut être fiché dès 13 ans (avec ses convictions politiques et religieuses) du moment où son activité "indique qu'elle peut porter atteinte à la sécurité publique », CRISTINA où sont rassemblés les éléments relatifs à l'antiterrorisme, classé secret-défense, qui contient des fragments d'écoutes téléphonique et de surveillance des courriels, FNAEG qui recueille tous les prélèvements ADN effectués depuis leur invention.

·      La multiplication des centres d'emprisonnement pour mineurs, sans aucune amélioration des conditions carcérales et l'augmentation des suicides.

·      La majorité pénale, qui stationnait à seize ans avant l'entrée de Sarkozy au gouvernement, aujourd'hui fixée à douze ans.

·      Le déploiement des forces de l'ordre, qui polluent nos rues et nos quartiers.

 

FERMONS LES PRISONS, OUVRONS DES ECOLES !

 

NOTRE LUTTE EST INTERNATIONALE !

 

La France n’est pas la seule à lutter :
    

En Lituanie et en Lettonie, des émeutes ont fait rage dans les capitales suite à la crise et aux réformes imposées par les gouvernements corrompus.
De même des actions sont organisées en Islande depuis que le pays a plongé dans la crise économique et le gouvernement préfère sauver sa peau et celles des patrons plutôt que le peuple. Certains ont tout perdu : épargne, travail, logement…
Plusieurs mois de lutte ont eu lieu en Italie après que le gouvernement ait imposé une loi sur l’Education comprenant des suppressions massive de postes, la privatisation des facs et des lycées… La lutte contre la répression et le sécuritaire s’est ajoutée aux revendications lorsque la police et la milice d’Etat ont commencé à réprimer le mouvement.
Aux Etats-Unis, à Oakland, des émeutes ont éclaté après qu’un flic ait abattu froidement un jeune, Oscar Grant, alors qu’il était plaqué au sol…
La lutte en Grèce, engagée après qu’Alexandros Grigoropoulos fut assassiné par un keuf, ne faiblit pas. Les manifestations, les émeutes, les occupations, les actions se multiplient face à un gouvernement persiste dans sa connerie et dans la répression. Les Grecs sont bien déterminé-e-s à le faire tomber et à lutter contre un système entier. Ils appellent à la « lutte armée »....

Beaucoup d’autres se battent aussi…

 

Nous luttons tous contre le capitalisme, ses abus et ces « démocraties » oligarchiques qui appauvrissent, répriment, assassinent et ne laissent aucune parole au peuple.

 

 Contrairement aux syndicats frileux tels que l’UNL et la FIDL, nous irons jusqu’au bout de notre lutte. Il ne faut pas se décourager face aux déclarations arrogantes et démagos du gouvernement.

Profitons du peu de libertés qu’il nous reste pour nous réapproprier notre avenir. Beaucoup de lycéens invoquent la préparation de leurs examens comme excuse pour ne pas prendre part aux actions. On peut pourtant cumuler les études et la lutte et quel serait l’intérêt d’obtenir le moindre diplôme dans une société si précaire ?

Blocages de lycées, de routes, de gare, occupations de lieux, manifs non déclarées, auto-réduction…

Tous les moyens sont bons pour forcer le gouvernement à abdiquer.

Les mouvements passés nous ont prouvé maintes fois que les manifs plan-plan et les négociations ne mènent à rien.

Pour atteindre nos objectifs, il est impératif que collégiens, lycéens, étudiants, chômeurs et salariés s’unissent. Ce mardi 20 janvier, les professeurs des universités de Lyon et St Etienne ont voté LA GREVE RECONDUCTIBLE !




INTENSIFIONS NOS LUTTES !

Dès la semaine du 26 janvier, mobilisons-nous pour faire ployer Sarko et ses pantins !

 

Appel aux blocus et aux occupations des lycées !

 

Manifestation inter-pro JEUDI 29 JANVIER, A 10H30,

À la Manufacture des Tabacs

(METRO SANS SOUCI)

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by CoordLyon - Coordination Lycéenne Lyonnaise - dans Tracts
commenter cet article

commentaires

gp 03/02/2009 19:42

Le gouvernement prépare une réforme de la justice des mineurs. Nous sommes un groupe pluridisciplinaire qui voulons témoigner de la complexité de ces questions et peser, avec vous, dans le débat qui va s’ouvrir :

http://quelfuturpourlesjeunesdelinquants.fr