Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 février 2009 5 27 /02 /février /2009 10:15

Partout dans le monde, la révolte se propage. De nombreux peuples prennent peu à peu conscience de l'oppression que l'Etat exerce sur eux, et agissent en conséquence : Lituanie, Lettonie, Grèce, Italie, Etats-Unis, tous et toutes se mobilisent contre la politique libérale de privatisation, la diminution du pouvoir d'achat et la sourde oreille de leurs gouvernements respectifs. Manifestations, émeutes, barricades, occupations, grèves générales, tout est bon pour faire ployer les chef-taine-s d'Etat, car on sait depuis longtemps que la lutte pacifiste ne mène plus à rien. La seule façon de faire réagir les dirigeant-e-s est de faire peser une menace sur leur pouvoir.


Ce vieux monde ne crèvera pas tout seul, aidons-le !


En ce moment, tous les feux sont braqués sur les Antilles. Les médias métropolitains ont longtemps ignoré la situation de crise qui règne là-bas, mais après trois semaines de silence, il a bien fallu s'y intéresser. La Guadeloupe tout d'abord, suivie de la Martinique, sont entrées en grève générale depuis un mois. Elles luttent contre le gouvernement français, la politique coloniale, le coût de la vie, etc. Lycées, écoles, universités, entreprises, commerces, tout est fermé et c'est seulement maintenant que Sarkozy commence à prendre en compte leur mécontentement. Face à leur révolte, on envoie les militaires (accompagnés de cercueils en plastique, on en déduira ce qu'on voudra...). Mais le président craint que leur rage ne s'étende à la métropole. Une insurrection lui serait fatale : portons-lui le coup qui l'achèvera, soutenons les Antilles et leur colère légitime.


Puisque la grève générale effraie le gouvernement, pourquoi se contenter d'une journée de grève par mois ?


Le monde entier se soulève contre le capitalisme et tous ses abus, et la France n'est pas en reste. Les lois sécuritaires se multiplient :

- La majorité pénale, passée de seize à douze ans

- La biométrie, banalisée par son implantation dans les écoles

- Les caméras de surveillance, dont le nombre va bientôt doubler aux frais du contribuable

- La veille de l'opinion, surveillance et censure d'Internet

- Les puces RFID, bientôt intégrées à nos cartes d'identité et déjà à nos passeports

- Les fichiers EDVIRSP, CRISTINA et FNAEG qui constituent tous une atteinte à la liberté individuelle

- La prolifération des « gardiens de la paix », qui confondent « paix » et « totalitarisme»

- Le prélèvement ADN, devenu systématique en garde à vue quel que soit le délit commis

- La construction de nouveaux centres de détention pour mineurs, et donc l'augmentation des incarcéré-e-s et des suicides


La répression nous frappe de plein fouet, bien que les médias (censés être objectifs) fassent silence autour des violences policières, plus fréquentes que ce qu'on laisse entrevoir. Coups de matraque, taser, flash-ball, passages à ta bac représentent la politique gouvernementale face aux insurgé-e-s.


La France est le pays des droits de l'homme ; et même la DDHC parle de droit à la résistance lorsque le peuple est opprimé !


Les réformes de l'Education soumises par Pécresse et Darcos sont toujours d'actualité, bien qu'on en parle moins.

- Suppression de 80 000 postes de professeurs (les RASED sont les plus touchés, au mépris des élèves en difficulté)

- Bac unique (fin des filières L, ES et S)

- Disparition progressive des matières artistiques et de la plupart des langues vivantes ou mortes, car l'Etat a de l'argent pour le secteur privé mais pas pour le secteur public

- Réforme du BEP-bac pro, qui réduit le temps d'apprentissage et donc dévalorise ces diplômes

- Suppression de la carte scolaire, provoquant l'apparition de lycées-poubelle et lycées d'élite

- Privatisation des lycées, semblable à la LRU ou loi Pécresse qui ouvrira nos écoles aux intérêts privés, comme cela s'est produit pour les universités

- Contrat Doctoral Unique, qui va précariser le statut des enseignant-e-s chercheurs

- Réforme des concours de l'enseignement


L'Education d'aujourd'hui est vouée à l'échec, mais les réformes actuelles ne feront que l'empirer !


Les étudiant-e-s sont entré-e-s en jeu pendant nos dernières vacances scolaires et se mobilisent sous forme de grèves étudiantes et professorales, d'occupations, de blocages et de manifestations. Nous devons les soutenir et joindre nos deux luttes afin de peser plus lourd face à l'Etat.


Dans cette optique, nous appelons les lycéen-e-s à participer à toutes les actions étudiantes, car leur combat est aussi le nôtre. Appel au blocus et à l'occupation, car tout est bon à prendre pour faire plier Sarkozy et ses chien-ne-s.


Lycéen-e-s, reprenons la lutte ! Les vacances ne doivent pas nous démobiliser et il ne nous reste que peu de temps pour faire reculer le gouvernement. Rendez-vous jeudi 5 mars à 14h aux Terreaux pour manifester et montrer que nous ne sommes pas encore résigné-e-s !


Ils nous paraissent grands car nous sommes à genoux, relevons-nous !


Coordination Lycéenne Lyonnaise

Partager cet article

Repost 0
Published by CoordLyon - Coordination Lycéenne Lyonnaise - dans Tracts
commenter cet article

commentaires